Navigation Menu+

L’art africain: Masques et statues

L’art africain est apparu dès la période néolithique avec les peintures et gravures pariétales, et les sculptures en terre cuite. Cependant, ce n’est que vers le début du XXe siècle, la veille de la première guerre mondiale et suite à la série de décolonisation, que l’art africain est reconnu.

statues.jpg

Outre sa valeur décorative, cet art renferme une grande richesse et valeur symbolique de l’Afrique. Traditionnellement il se consacre à la sculpture des statues et des masques, l’architecture, les meubles, la poterie, le tissage et les parures. Cet art fait bien évidemment partie du programme de formation en école artistique. lim’art fait partie de ces écoles et ne déroge pas à le règle concernant l’art africain. 

Les Masques et casques dans l’art africain

Les masques et les casques sont l’un des éléments qu’on revoit fréquemment dans l’art africain. Les masques et les casques représentent parfois des humains, parfois des animaux ; en effet, la faune africaine est étroitement liée à l’évocation des dieux, des esprits et autres génies, ainsi que des ancêtres.

culture-africaine.jpg

Dans la culture africaine, la nature humaine et la nature animale sont présentes l’une dans l’autre, d’où l’utilisation des masques et des casques. Chaque masque a donc un sens symbolique, sa fabrication est propre à la tradition du village ou de la tribu.

Les expositions célèbres avec des statues africaines

Si l’art africain a été snobé pendant longtemps par les musées du monde, il doit ses expositions à Charles Ratton qui en est l’initiateur vers les années 1930. On peut citer la grande exposition sur l’Art Royal du Bénin, qui a été imité par le Musée du Quai Branly plus tard, ou la première grande exposition d’art africain « African Negro Art » à New York, ou encore des expositions Fang, Atlantes et Caryatides ou Maternités dont les statues africaines sont généralement les pièces maîtresses, et enfin l’exposition « Charles Ratton, l’invention des arts primitifs ». « Legas », « Akan » et « Yoruba » sont aussi des expositions d’art africain consacrées aux régions les plus riches en chef d’œuvres.